République Tunisienne
Ministère des affaires culturelles

Aperçu

Aperçu

L’amphithéâtre de Thysdrus (El-Jem)

Véritable joyau de l’architecture romaine de Tunisie, le grand amphithéâtre d'El-Jem est incontestablement le plus élaboré des monuments romains du genre. Edifié entre 238 et 250, l’amphithéâtre de Thysdrus se révèle plus récent que la plupart des arènes du monde romain. Il fut probablement construit grâce à un don de l’empereur Gordien III (238-244) offert à la ville et à ses habitants qui ont proclamé empereur son grand-père.

Exceptionnelle réalisation architecturale, cette immense ellipse est divisée en secteurs symétriques selon les grands axes et d’un système ingénieux de piliers et d’arcs soutenant des voûtes servant de supports aux gradins, escaliers et galeries.

L’arène est dotée d’aménagements souterrains où sont logés les animaux destinés à animer les spectacles. Dans la partie centrale de l'espace, une grande ouverture procurait l'air et la lumière aux souterrains et deux trappes servaient, au moyen de treuils, à hisser les cages des fauves au niveau de l'arène. De l’extérieur, l’allure est massive ; la façade, en pierre de taille, présente trois niveaux avec ses soixante-quatre séries superposées d’arcades séparées de colonnes engagées. Les sous-sols étaient desservis par des escaliers menant à deux galeries souterraines, accessibles de l'extérieur par des rampes perpendiculaires aux grands axes et reliant le monument aux écuries.

Inscrit sur la liste du patrimoine mondial depuis le 26 octobre 1979, le grand amphithéâtre d'El-Jem est sans doute l'un des derniers, sinon le dernier, érigé sur le modèle du Colisée de Rome. Ses dimensions de 147,90 x 122,20 m pour les grands axes et 64 x 39 m pour l’arène, de 427 m pour l’extérieur de 36 m de hauteur le placent au troisième ou quatrième rang mondial après le Colisée de Rome, l'amphithéâtre de Capoue et l’amphithéâtre de Carthage. L’ensemble pouvait accueillir entre vingt-sept et trente mille spectateurs.

Dès le Moyen Age fasciné les auteurs arabes qui le considéraient comme « une des merveilles » du monde, il a subjugué aussi les voyageurs européens des siècles derniers comme une « marque distinctive de l’Afrique Romaine ». 

L’amphithéâtre fut abandonné avec l’arrivée des Byzantins en 534 ou après leur défaite, à Sbeïtla/Sufetula, par les Arabes en 647. L’armée du patrice Grégoire y trouva refuge, puis, quelques années plus tard, la reine berbère, la Kahéna, s’y installa, en fit son quartier général depuis lequel, nous dit el-Bekri, elle « tailla dans le roc un passage souterrain qui conduisait jusqu’à Salakta (l’antique Sullecthum), en bord de mer… » ! Solidement fortifié, il servit aux populations locales de refuge et de base de résistance, ce qui contraignit, en 1695 et 1850, Mohamed bey el-Mouradi et Ahmed bey, à le bombarder ouvrant ainsi des brèches dans ses murs.

L’un des rares monuments antiques de Tunisie encore « vivant » et en service, puisqu’il héberge chaque année plusieurs manifestations culturelles dont le célèbre festival international de musique symphonique, l’amphithéâtre d’El-Jem est aussi l’un des monuments antiques les plus impressionnants au monde. Inscrit depuis 1979 sur la liste du patrimoine mondial culturel, il est l’un des monuments les plus visité de Tunisie rivalisant même avec le parc archéologique de Carthage et le musée national du Bardo.

Situation

Centre

A voir

- Amphithéâtre

- Musée

Horaires d’ouverture

Horaire Hiver: 07:30 - 17:30

Horaire Eté: 07:30 - 18:30 

Horaire Ramadan: 08:00-17:00

Droits d’entrée

Résident: 8 Dt

Non Résident: 12 Dt

Observations

Billet Groupé

Commodités

- Toilettes

- Boutique

- Cafétéria

Powered by Web Design