République Tunisienne
Ministère des affaires culturelles

Aperçu

Aperçu

Les thermes d’Antonin

La tradition moderne retient quasi unanimement l’appellation thermes d’Antonin, en référence à l’empereur Antonin le Pieux (138-161) qui aurait contribué à leur réalisation. L’ inauguration du complexe date de l’année 157 (ou 159) et l’ensemble fut achevé en 162 avec l’édification des portiques et d’autres bâtiments extérieurs. On utilisa pour la construction divers matériaux : grès coquiller, Keddhel de Hammam-lif, calcaire dur de Jebel Jeloud, granit rouge et gris d’Italie, marbre blanc de Pentélique et de Proconèse, marbre cipolin d’Eubée, marbre jaune de Chemtou, pierre ponce et lave de Sicile et albâtre de Jebel Oust.

Construits au bord de la mer, les thermes sont les plus grands d’Afrique (17 850 m2 et 19 711 m2 si l’on tient compte des salles ouvertes au public mais logées au niveau inférieur et réservées principalement aux services), loin devant les thermes d’Hadrien à Lepcis Magna qui s’étendent sur 6000 m2. La proximité de la mer a empêché l’aménagement de bâtiments de service au sous-sol. Ceux-ci, les seuls encore visibles sur le terrain, occupèrent alors le rez-de-chaussée et étaient immédiatement accessibles par la mer par où parvenait l’énorme quantité de combustible nécessaire au fonctionnement des chaufferies.

Le plan allongé est commandé par l’exiguïté du terrain disponible. Accessible par quatre portes, et conçus pour fonctionner toute l’année, à l’exception de certains espaces, comme la natatio, qui avaient des affectations saisonnières, les thermes avaient un plan symétrique aux salles dédoublées. Chaque baigneur pouvait utiliser six pièces selon un itinéraire symétrique.

Mixtes à l’origine, mais comme les scandales se sont multipliés, l’empereur Hadrien (117-138) décida de séparer les sexes, et de consacrer les thermes aux femmes le matin, aux hommes l’après-midi. On pouvait se baigner moyennant une redevance très modique, mais parfois l’accès était entièrement gratuit.

Le monument fonctionna de façon ordinaire jusqu’à la fin du IVe siècle, entre 388 et 392, quand les grandes voûtes du frigidarium s’écroulèrent. Il ne fut pas abandonné et on continua à utiliser les parties qui fonctionnaient encore. L’effondrement de la voûte du grand caldarium au Ve siècle entraîna un début d’abandon et l’installation d’un atelier de céramique au rez-de-chaussée. Le tournant fut sans doute lorsque le dernier roi vandale détruisit l’aqueduc de Carthage, privant ainsi le monument de l’eau nécessaire à son bon fonctionnement.

Nous ignorons la date exacte de leur abandon, mais il semble que dès le milieu du VIIe siècle, le sous-sol vit l’installation de carriers. Des colonnes entières ont été emportées pour être réutilisées dans les mosquées de Kairouan et de Tunis… Les marbres et granites étaient chargés sur des bateaux et parfois exportés fort loin, en Turquie ou en Italie notamment. La cathédrale de Pise aurait été partiellement bâtie avec des matériaux carthaginois.

 

 

Situation

Tunis / Carthage

A voir

- les citernes de la Malga

- l’amphithéâtre

- le cirque

- la basilique Damous Carita

- les thermes d’Antonin

- le théâtre

- le quartier dit de l’Odéon

Horaires d’ouverture

Horaire Hiver: 08:30 - 17:00

Horaire Eté: 08:00 - 18:00

Horaire Ramadan: 08:00-17:00

Droits d’entrée

Résident: 9 Dt

Non Résident: 12 Dt

Observations

Billet Groupé

Commodités

- Toilettes

- Boutique

- Cafétéria

Powered by Web Design