République Tunisienne
Ministère des affaires culturelles

Aperçu

Aperçu

Tourbet El Bey

Tourbet el-Bey est la nécropole de la dynastie Husseinite. Elle constitue le plus vaste monument funéraire de la ville de Tunis. Ce mausolée date de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, plus précisément du règne d'Ali Bey (1759-1782). Dans un deuxième temps le fondateur complète ce mausolée avec une vaste madrasa. L’ensemble se situe à l’extrémité sud-ouest de la médina, au 62 de la rue Tourbet el-Bey, en face de la première tourba de Hussein Bey (1705-1735) et à proximité du mausolée el-Filari.Il donne sur une petite place dite Rahbet ben Salim. Tourbet el-Bey abrite les dépouilles des Beys régnants, des membres de leur famille ainsi que celles de quelques ministres et mamlouks.

De l'extérieur, le monument s'impose par sa façade en pierres taillées dans le grès coquillé de couleur ocre. Les pilastres, ainsi que des entablements en pierre claire présentent des motifs floraux de style italianisant, sculptés en bas-relief. Ce complexe est composé de deux patios entourés de huit pièces couvertes chacune en coupole. L'accès au monument se fait par une vaste driba de forme rectangulaire (5m*7m) et minutieusement décorée. Une deuxième porte donne sur le patio du noyau primitif du mausolée. Au côté sud-ouest de ce patio se trouve la salle des souverains, qui est l’élément le plus intéressant de la Tourba. Elle se fait remarquer par sa coupole centrale couverte de tuiles plates émaillées de vert. Les parties basses des murs et des piliers sont revêtues de panneaux en marqueterie de marbre polychrome tandis que le plâtre finement sculpté orne les calottes des coupoles. Cette salle de plan carré, abrite les tombeaux de treize beys qui ont régné depuis la fondation du mausolée et jusqu’à  1942. En outre, la salle renferme les tombes de trois princes, trois tombes anonymes de princes décédés en bas âge, ainsi que le tombeau de Sidi Hassen Cherif décédé en 1777.

Sur le côté opposé de ce patio ouvre la salle des princesses. C’est une salle de plan rectangulaire couverte de coupoles à pendentifs revêtues de plâtre sculpté. Les murs sont revêtus de carreaux de faïence polychromes. Cette salle renferme quatorze tombes de princesses rangées en ligne droite.

Outre ces deux salles, le noyau primitif compte une troisième salle réservée aux princesses. En effet la tombe la plus ancienne de cette pièce est celle de Fatima, une descendante de Uthman Dey et l’épouse du bey Hussein II (1824-1835) décédée en 1827.

Tourbet el-Bey a connu plusieurs agrandissements aux dépens des habitations attenantes. Ainsi, une quatrième salle a été ajoutée sous le règne d’Ahmed Pacha Bey (1837-1855). Elle renferme les sépultures de 20 princesses. C’est une salle analogue aux deux précédentes par son architecture et son décor.  En 1918, l’administration des habous achète aux héritiers de Allala al Baji trois bien immobiliers couvrant une superficie de 62m2 qui jouxtent la salle des princes. Cette superficie incorporée aux anciens bâtiments n’a pas suffi et une autre extension s’est imposée. En 1938, l’administration des habous achète la maison d’Ali al-Jilani située 7 rue de Sidi Kacem es-Sbabti, à l’ouest du mausolée, et d’une superficie de 1000m2. Cette annexe est formée de cinq salles funéraires voûtées qui s’organisent autour d’une cour carrée encadrée de portiques.

La salle n°5 se trouve sur le côté sud-est du second patio. Elle renferme quinze tombes dont la plus ancienne est celle de la princesse Khadija décédée en 1861. La salle n°6, qui se trouve sur le côté sud de ce patio est couverte par une voûte ovoïde. Elle est réservée aux princes et aux grands ministres. Elle  abrite vingt-huit  tombes. Ouvrant sur le côté oriental du patio, la salle n° 7 renferme dix-huit tombes de princesses ainsi que celle de Mohamed Hedi Bey (1902-1907). La dernière salle de ce complexe funéraire occupe l’angle sud-est du patio. Elle se distingue par sa grande coupole ovoïde dénudée de tout décor. Cette salle abrite dix-neuf tombes de femmes.

Ce complexe funéraire compte parmi les œuvres les plus remarquables des Beys Husseinites. A caractère monumental, il est bâti avec de matériaux de qualité tels que la marqueterie de marbre, le calcaire clair, le grès coquiller, le plâtre sculpté, les tuiles vernissées ainsi que les carreaux de faïence importés ou de fabrication locale et le bois d’Europe et de Tunisie. D’autre part, les Beys Husseinites ont doté cette Tourba d’importants biens institués en habous dont la rente est allouée à l’entretien de ce monument. Outre son intérêt architectural, cette nécropole offre  avec ses 165 tombes datées l'un des plus importants ensembles d'inscriptions funéraires.

Powered by Web Design